Intérêt du Taiji Quan dans les affections médicales

Le bon sens est la chose au monde la mieux partagée, et même si on est Occidental et Cartésien et que l’on a une culture médicale, on constate en pratiquant le TAICHI CHUAN que les effets de cette « technique » sont rapidement bénéfiques pour la santé.

 

Je dis « technique » entre guillemets, car je sens immédiatement le poil de mes « collègues » de TAICHI se hérisser. Il s’agit d’un « art » martial, d’une « pratique », d’un « sport », d’un « état d’esprit », d’une « réflexion », de tout ce que chacun y met… et plus encore !
Nous parlons tous de la même chose, mais chacun le ressent à sa manière, et quoiqu’il en soit, même pour les « Cartésiens Occidentaux » qui ne voudraient pas « lâcher prise » progressivement le TAICHI vous envahira et vous en ressentirez les effets.

Alors, vous irez vite surfer sur internet pour comprendre ce qui se passe, et là vous verrez que déjà en 2004, 743 articles médicaux faisaient état des bénéfices du TAICHI sur la santé dans « les archives de médecine interne de l’American Medical Association !!!

Mais les Français publient également .
Dans son article le Dr Hervé Baland parle des effets dans les affections cardio-vasculaires (15 mai 2007), et Hugues Deriaz le propose dans la maladie d’Huntington (11 février 2007).

Quels sont donc ces effets ?
Tout d’abord sur la fonction respiratoire et cardiovasculaire : amélioration de la VO2max et amélioration des capacités d’effort. La pression artérielle diminue pour la systolique et la diastolique, alors que pour l’aérobic on ne note qu’une modification de la systolique.
Sur l’équilibre : contrôle de l’équilibre et prévention des chutes
Sur le système musculo-squelettique : amélioration de la force musculaire et augmentation de l’amplitude articulaire ainsi qu’une diminution des douleurs articulaires.
Sur le psychisme, on note une diminution de l’anxiété et de la sensibilité au stress, une amélioration de la confiance en soi, une diminution des troubles mnésiques et de meilleures capacités relationnelles.
Sur le système immunitaire et endocrinien : augmentation significative des lymphocytes T, amélioration de l’équilibre hypothalamo-thyroïdien et hypothalamo-gonadique.

Les différentes études ont permis de constater que les effets apparaissent dans un délai de 3 à 6 mois
Ces études, parfois poursuivies jusqu’à 3 ans, n’apportent que rarement des explications.
Le Dr Hervé Baland , médecin du sport et de médecine traditionnelle chinoise et enseignant de TAICHI depuis plus de 30 ans avance quelques hypothèses qui paraissent tout à fait plausibles.

« Le principe fondamental ? commun aux Arts Martiaux Chinois Internes et spécialement en exergue dans le Taichi Chuan , est la recherche d’une efficacité du geste associée à un minimum de dépense physique. Ceci nécessite un lâcher prise qui est souvent qualifié de relaxation mais correspond plutôt à une maîtrise du tonus qui exclut les tensions excessives généralement observables dans la plupart des pratiques sportives. Comme le mouvement est souvent pratiqué avec lenteur, l’acquisition de ce contrôle tonique est facilitée ; comme il se synchronise progressivement avec une respiration qui devient harmonieuse, l’effet aérobie est maximal. L’effet bénéfique du Taichi sur la pression artérielle, par exemple, peut s’expliquer par l’association de la lenteur du mouvement qui ralentit la fréquence cardiaque avec la diminution des résistances périphériques du fait de la station verticale et des déplacements continus et lents. »

Il préconise donc le Taichi dans la prévention des maladies cardiovasculaires : HTA, maladie coronarienne, AVC pour favoriser une récupération lorsque la maladie est découverte et en complément des traitements médicaux.

Enfin, une étude Américaine chez des malades atteints de cancer, montre les bienfaits du Taichi lors de traitements par chimiothérapie et, ou radiothérapie. En effet on note une augmentation du niveau d’énergie, amélioration de la digestion, du sommeil, diminution du stress et amélioration de la capacité de gérer les effets du traitement pour le cancer.

En conclusion :
A une époque où on nous recommande de POSITIVER, je vois là une façon simple et efficace de le faire.
Donc si vous n’avez pas encore commencé… commencez !
Et si vous l’avez fait… poursuivez !!!
Comme la Chicorée… le Taichi c’est un trésor de bienfaits !

Docteur Anne-Marie AIRAULT-LEMAN
Médecin Retraité
Ancien Interne C.H.U.
Ex-Chef de Clinique Assistant des Hôpitaux
Médecin Attaché de Sexologie au CHU Dupuytren
Diplômée du CES de Biologie et Médecine du Sport
Diplôme inter universitaire d’ANDROLOGIE
Diplôme inter universitaire de SEXOLOGIE Paris XIII
Membre de l’A.I.H.U.S.
CARDIOLOGIE – ANGEIOLOGIE